D’hier à aujourd’hui, comment Paris est devenue la capitale du luxe et de la mode ?

Paris fascine et fait rêver toute personne souhaitant travailler dans la mode et le luxe. C’est la destination incontournable lorsqu’il s’agit de ces deux secteurs ! Mais pourquoi Paris s’est forgée cette réputation de capitale de la mode et du luxe ? Cet article vous permettra de comprendre pourquoi cette ville a toujours centralisé les regards dans ces deux univers si convoités. Du XVIIe siècle aux Fashion Weeks, Show Must Go On vous dévoile en cinq points tous ces éléments qui ont fait et font la renommée de Paris !

1. Louis XIV ou le luxe comme affirmation du pouvoir

La mode et le luxe s’étant démocratisés lors de la seconde partie du XXe siècle, nous avons souvent tendance à penser qu’ils sont nés à cette époque. Détrompez-vous ! Cela remonte au règne de Louis XIV (XVIIe siècle). Preuve que tout vient de Paris !

Afin de montrer au monde entier l’étendue de son pouvoir, Louis XIV avait compris avant tout le monde l’importance du marketing (si, si déjà !) et donc de l’image que son royaume devait renvoyer. Tout d’abord, il décida de faire construire un palais synonyme de richesse et de grandeur, et qui ancrerait son pourvoir dans le temps. Il s’agit bien évidemment du Château de Versailles. Passionné par le luxe et les savoir-faire d’exception, Louis XIV va créer les premières manufactures, notamment pour la tapisserie et l’orfèvrerie. Mais cela alla encore plus loin. Louis XIV décida de créer l’Etiquette, véritable outil de savoir-vivre dictant des codes et coutumes à la Cour. Ainsi par exemple, lors de la cérémonie du « grand couvert » Louis XIV devait choisir 20 plats différents : une profusion synonyme de luxe ! Ou encore, la Cour assistait au lever du Roi mais surtout il se faisait habiller devant les courtisans, et ce trois fois par jour puisqu’il changeait de tenues durant la journée. Montrer sa richesse à travers ses vêtements date bien de cette époque ! Les courtisans, et surtout les courtisanes, se devaient d’arborer les plus belles tenues afin de montrer leur place dans la société. De plus, cela était un moyen de les faire consommer. Le marketing ne date pas d’hier, croyez-nous !

2. Paris et l’apparition des défilés et des grands magasins

SI Louis XIV a introduit le luxe français à la Cour, quelques décennies plus tard, un certain Charles Frederick Worth fait évoluer une mode artisanale vers une mode artistique.

Avant lui, le couturier s’exécutait sur demande du client. La mode était alors artisanale dans le sens où l’on mettait un savoir-faire au service d’une commande. Worth lui dessina des modèles selon ses inspirations et est donc à ce titre un artiste. Il créé ainsi la première maison de haute couture en 1858, à Paris évidemment. Afin de commercialiser ses créations, il instaure les défilés de mode, alors appelés des « présentations ». Cela va créer une attente auprès de ses clientes qui cette fois ne déci-dent plus de ce qu’elles vont porter, au contraire c’est le couturier qui décide pour elles. C’est bel et bien le début du phénomène de mode ! Cette attente, ce besoin d’acquérir la pièce unique vue lors d’une présentation va faire de Paris le coeur de la mode et les acheteurs du monde entier vont s’y rendre. On compte pas moins de 300 000 couturiers français en 1910 !

Autre phénomène ayant fait de Paris la capitale de la mode et du luxe : les grands magasins. Aristide Boucicaut, ambitionnait de révolutionner la façon d’acheter des clientes. Il comprit qu’en présentant des comptoirs en « libre service » la tentation d’achat serait en-core plus forte. C’est comme cela qu’est né le Bon Marché en 1852. Toute femme rêvant de Paris se rend alors à la capitale afin de postuler comme vendeuse au Bon Marché. Le mythe parisien continue son ascension.

3. Le mythe parisien devenu réalité

Certes, l’histoire a fait de Paris la capitale légitime et avérée de la mode et du luxe. Mais comment a-t-elle fait et fait-elle pour maintenir une telle position de numéro 1 ?

L’apparition de grands noms français, que ce soit dans la mode ou le luxe, a évidemment favorisé une telle position de leader. Coco Chanel, Christian Dior, Pierre Balmain, Yves Saint Laurent, Christian Lacroix… tous élurent domicile à Paris et contribuèrent à dessiner le portrait tant envié de la parisienne.

Mais cela va aller bien au-delà. La France, consciente de son unicité en matière de mode et de luxe, va légiférer dans le but que ses savoir- faire si précieux ne s’exportent pas à l’étranger. Ainsi, la haute couture devient un label français en 1945. C’est d’ailleurs pour cela que les défilés de haute couture n’ont lieu qu’à Paris, et ce encore aujourd’hui.

L’exception française concerne également d’autres secteurs que celui de la mode. L’hôtellerie contribue elle aussi au rayonnement du pays, l’appellation « Palace », créée en 2010, n’étant réservée qu’à certains établissements français, la majorité étant bien évidemment parisiens, comme le Meurice, le Bristol ou le Plaza Athénée. Autre exemple, le Label Joaillerie de France certifie que les produits ont été créés en France. Nous ne citerons pas les A.O.P dans la gastronomie et les vins. Vous l’avez compris, la France est une exception culturelle et Paris en est son porte-parole.

4. De la culture… au business !

Si le luxe français n’a fait que progresser, c’est parce que deux certains hommes d’affaires que sont Bernard Arnault et François Pinault en ont fait leur cheval de bataille. Ayant flairé l’immense potentiel économique que le luxe et la mode pouvaient représenter, ils ont créé les deux plus importants groupes de luxe français que sont LVMH et Kering, ancien PPR. Si Paris et la France, on l’a vu, détiennent les plus beaux savoir-faire, LVMH et Kering se les partagent. Pas de façon complètement équitable puisque LVMH domine toute de même avec 35,7 milliards de chiffre d’affaires en 2015, contre 11,5 milliards pour Kering.

Certes, les notions d’artisanat et de philanthropie disparaissent face à de tels chiffres, mais il faut voir le bon côté des choses : mettre les savoir-faire et l’artisanat au coeur du business permet de les faire durer dans le temps et de les valoriser auprès du grand public.

Par ailleurs, avec 217 milliards d’euros de chiffre d’affaires, le luxe est en France un secteur particulièrement dynamique et qui emploie plus de 165 000 personnes et de plus en plus de formations voient le jour.

5. Une relève assurée

Il est vrai que le luxe s’est exporté à l’étranger. Estée Lauder, par exemple, est le 3e groupe de luxe mondial et est… américain !

Impossible d’y échapper même si la France demeure et demeurera le pôle historique. Eh oui, sur 270 marques de luxe au monde, 130 sont françaises ! Et revient au galop quelque chose qu’on ne pourra jamais nous enlever : le Made in France. Ce label, gage de qualité française, a été remis au goût du jour par Arnaud Montebourg notamment. En effet, il y a récemment eu un boom du Made in France avec une explosion du nombre d’entreprises qui communiquent autour de ce label. Preuve en est que le Made in France fait l’objet depuis quelques années d’un Salon parisien devenu la référence. Par exemple, Le Slip Français a fait le pari de produire une ligne de sous-vêtements 100% en France.

La relève est ainsi certainement assurée par de jeunes marques dont les créateurs ont compris l’importance de rester fidèle aux savoir-faire parisiens et français. Le site Internet L’Exception par exemple met ainsi en avant les successeurs de la création française et parisienne. Le Made in France est une bonne nouvelle qui va faire perdurer dans le temps notre exception française, et même parisienne puisque le Made in Paris est également en très en vogue. De jeunes marques d’horlogerie comme Charlie Watch ont ainsi compris que le label parisien continuerait à rimer avec authenticité.


Ce petit panorama de la relation étroite entre Paris, le luxe et la mode montre ainsi que, dans ces deux secteurs, Paris n’est définitivement pas un phénomène de mode, bien au contraire ! Intangible capitale du luxe et de la mode, elle a forgé dans les esprits du monde entier un mythe bien réel avec notamment l’image de la parisienne tant fantasmé mais jamais égalé. 

Suivez Show Must Go On sur Facebook pour recevoir chaque jour nos meilleurs articles dans votre timeline !

À lire ensuite

Et rejoignez notre communauté :